Adam, la jeunesse au service de la planète.

Catégories : Interviews

Adam,

La jeunesse au service de la planète.

On l'a déjà dit, mais on adore se répéter, chez COG, notre perception d'une mode éthique est indissociable des personnes qui en incarnent les valeurs. Pour ça, nos plus belles inspirations, c'est encore vous !

Et qui de plus inspirant que la jeunesse qui s'active pour donner la note au réveil de la cause écologique ?

Aujourd'hui, c'est Adam, 19 ans, fraichement diplômé du baccalauréat, qui nous partage ses vues, réflexions et initiatives pour défendre un modèle de vie plus écologique et responsable.

Je pense qu’il y a autant de moyens d’agir, que de personnes sur la planète.

Hello Adam, merci de nous accorder un peu de ton temps. 

On a découvert sur ton compte Instagram que la maire de ta commune t'a remis l’an passé, le prix du civisme pour ton implication à défendre la cause écologique. Peux-tu nous en dire plus ?

Oui ! Suite aux nombreux ramassages de déchets et actions de sensibilisation que nous avons organisés, Emilie Richard et moi, représentant.e.s de l’éco’club de la ville de L’Arbresle, la mairie a posé notre candidature pour le Prix du Civisme de L’Association Nationale des Membres de l’Ordre National du Mérite (ANMONM), visant à médailler des mineurs acteur.rice.s d’actions civiques.

Les chevaliers de l’association qui ne parvenaient pas à se départager entre deux candidatures, ont décidé de créer le prix spécial du Jury qui nous a été remis en Septembre 2020 à la préfecture du Rhône (69).

Adam, accompagnés de ses ami.e.s, lors de leurs actions éco-citoyennes.

Félicitation à vous deux pour cette formidable implication ! 

Quel est le ou les évènements t'ayant amené à vouloir agir pour la planète ?

Je pense que c’est le fait d’être devenu vegan il y a trois ans qui m’a peu à peu sensibilisé non seulement à la protection du vivant, mais aussi aux enjeux écologiques. Le véganisme et l’écologie sont deux thématiques étroitement liées, et les déclics se sont faits tout seuls. En m’interrogeant sur mon alimentation, je me suis vite questionné sur la consommation au sens large puis aux actions que je pouvais réaliser pour rendre la mienne plus responsable, et réduire l'impact propre à mes achats.

ENTRACTE : LE LIEN ENTRE VÉGANISME ET ÉCOLOGIE.

L'élevage à l'origine d'un lourd bilan écologique :

La pêche à l'origine de pollutions massives :

- l'implantation des pâturages et la culture des céréales nécessaires pour nourrir les troupeaux nécessitent la déforestation et l'abattage de milliers d'hectares d'arbres.

- la culture des céréales nécessaires à l'alimentation des animaux, leurs rejets gastriques et les transports liés à leur élevage et à leur abattage sont responsables de 18% des émissions de gaz à effet de serre mondiales .

- les épandages et déchets propres aux élevages participent à la pollution et l'appauvrissement des sources d'eaux douces.

- les carburants émis par les chalutiers sont source de grandes quantités de gaz à effet de serre.

- la surpêche a pour effet d'entrainer la baisse de la biodiversité marine nécessaire à l'absorption du CO2. La surpêche participe à l'accroissement du réchauffement climatique en plus d'abimer les fonds marins.

- une moyenne de 640.000 tonnes de matériel de pêche (principalement plastiques) seraient perdu ou abandonné en mer chaque année.

Parlons peu, parlons COG : peut-on te demander pour quelle raison tu as décidé de commander chez nous ?

Je connais COG depuis vos débuts sur Instagram quand vous postiez les « victoires et bonnes nouvelles » actuelles autour des animaux et de l’environnement. A l'origine, j'ai été intrigué par le lancement de cette nouvelle marque lyonnaise, puis le design des Winton me faisaient de l’œil ;) Mais ce qui m’a par-dessus tout convaincu, c'est que la fabrication de vos modèles soit en phase avec mes valeurs.

Je n’achetais plus de chaussures depuis un moment car je ne souhaitais plus mettre mon argent dans un produit non soucieux du bien-être de l’environnement et des travailleur.euse.s.

Alors une marque, éthique, vegan avec tous ces atouts que je cherchais, et de surcroit originaire de la région Rhône-Alpes ; autant dire qu'avec COG je me suis retrouvé. Merci !

Un grand merci à toi Adam ! Du coup, on se risque à te demander (sous contrôle d'huissier ;)) satisfait de tes sneakers ?

Elles ont su satisfaire mes pieds, conquérir mon cœur et soulager ma conscience, j’en suis très content ! ;)

L'an passé, tu as porté secours à un animal en détresse, peux-tu nous partager son sauvetage ?

C’était vraiment pas grand chose ! Lors d’une randonnée avec une amie on a croisé une vache entrain de ruminer un gant en plastique. On a juste retiré le plastique de son museau, et mis le gant là où il aurait dû être depuis le début : dans une poubelle. 

On mesure mal les retombées liées au fait de jeter un déchet d'apparence si ordinaire qu'une bouteille plastique ou un mégot dans la nature. Pourtant les conséquences en sont tragiques, aussi bien pour l'environnement de par la pollution qu'ils émettent, que pour le danger qu'ils représentent pour toutes les vies animales auxquelles ils portent atteintes.

Se sensibiliser à réduire sa consommation de plastiques à usage unique et se soucier de la fin de vie de nos objets est aujourd'hui devenu impératif pour le bien commun. En cela, les poubelles restent largement une bonne option :)

Qui sont tes modèles, tes inspirations ?

Beaucoup de personnes m’inspirent ! Je pense à Martin Skadal en Norvège, à Ed Winter en Angleterre, à Isra Hirshi aux USA, à Greta Thunberg en Suède, à Malcom Ferdinand en France. Et tous les acteur.rice.s du changement non médiatisé.e.s sont aussi des exemples à suivre !

Des pistes ou démarches personnelles à nous partager pour mieux protéger l’environnement au quotidien ?

Je pense qu’il y a autant de moyens d’agir que de personnes sur la planète. Pour moi il est primordial de sans cesse s’éduquer, se documenter et s’interroger sur les problèmes éthiques et environnementaux, mais aussi de se partager et nous transmettre le fruit de nos apprentissages.

Ensuite, les changements se font naturellement je pense, chacun.e selon nos affinités et notre résilience. Réduire sa consommation de produits carnés ou devenir végétarien, vegan, limiter les transports polluants, consommer à l’échelle européenne, voyager local, s'alimenter bio, s'habiller éthique, limiter son utilisation de plastiques à usage unique ; mille voies s'offrent à nous, il suffit d'être curieux et de partir les explorer.

Mon tip : développer son souci et sa proximité à l’environnement, au bien-être des humains et des animaux pour mieux supporter les efforts, puis opérer les changements nécessaires pour améliorer les conditions de tous tout en s'écoutant. Dans la mesure du possible, on a tou.te.s une pierre à mettre à l’édifice, aussi petite qu’elle soit.

Ton souhait éthique pour l'avenir ?

Il y a beaucoup de choses à espérer. Mais mon souhait serait de voir plus de personnes se sentir concernées par des causes éthiques, dans l'espoir de vivre tou.te.s ensemble dans la bienveillance. Des COG aux pieds et la tête haute ;)

Merci beaucoup Adam !

...d'avoir pris le temps de répondre à cette petite interview, et plus encore de consacrer ta motivation et ton énergie à la défense de si justes causes. On souhaite que ton exemple inspire de nombreuses personnes ; tu as déjà au moins conquis le cœur de notre équipe :)

Au plaisir d'un prochain échange, et merci pour tes nombreuses marques de soutien.

Adam,

La jeunesse au service de la planète.

On l'a déjà dit, mais on adore se répéter, chez COG, notre perception d'une mode éthique est indissociable des personnes qui en incarnent les valeurs. Pour ça, nos plus belles inspirations, c'est encore vous !

Et qui de plus inspirant que la jeunesse qui s'active pour donner la note au réveil de la cause écologique ?

Aujourd'hui, c'est Adam, 19 ans, fraichement diplômé du baccalauréat, qui nous partage ses vues, réflexions et initiatives pour défendre un modèle de vie plus écologique et responsable.

Je pense qu’il y a autant de moyens d’agir, que de personnes sur la planète.

Hello Adam, merci de nous accorder un peu de ton temps. 

On a découvert sur ton compte Instagram que la maire de ta commune t'a remis l’an passé, le prix du civisme pour ton implication à défendre la cause écologique. Peux-tu nous en dire plus ?

Adam, accompagnés de ses ami.e.s, lors de leurs actions éco-citoyennes.

Oui ! Suite aux nombreux ramassages de déchets et actions de sensibilisation que nous avons organisés, Emilie Richard et moi, représentant.e.s de l’éco’club de la ville de L’Arbresle, la mairie a posé notre candidature pour le Prix du Civisme de L’Association Nationale des Membres de l’Ordre National du Mérite (ANMONM), visant à médailler des mineurs acteur.rice.s d’actions civiques.

Les chevaliers de l’association qui ne parvenaient pas à se départager entre deux candidatures, ont décidé de créer le prix spécial du Jury qui nous a été remis en Septembre 2020 à la préfecture du Rhône (69).

Félicitation à vous deux pour cette formidable implication ! 

Quel est le ou les évènements t'ayant amené à vouloir agir pour la planète ?

Je pense que c’est le fait d’être devenu vegan il y a trois ans qui m’a peu à peu sensibilisé non seulement à la protection du vivant, mais aussi aux enjeux écologiques. Le véganisme et l’écologie sont deux thématiques étroitement liées, et les déclics se sont faits tout seuls. En m’interrogeant sur mon alimentation, je me suis vite questionné sur la consommation au sens large puis aux actions que je pouvais réaliser pour rendre la mienne plus responsable, et réduire l'impact propre à mes achats.

ENTRACTE : LE LIEN ENTRE VÉGANISME ET ÉCOLOGIE.

L'élevage à l'origine d'un lourd bilan écologique :

- l'implantation des pâturages et la culture des céréales nécessaires pour nourrir les troupeaux nécessitent la déforestation et l'abattage de milliers d'hectares d'arbres.

- la culture des céréales nécessaires à l'alimentation des animaux, leurs rejets gastriques et les transports liés à leur élevage et à leur abattage sont responsables de 18% des émissions de gaz à effet de serre mondiales .

- les épandages et déchets propres aux élevages participent à la pollution et l'appauvrissement des sources d'eaux douces.

La pêche à l'origine de pollutions massives :

- les carburants émis par les chalutiers sont source de grandes quantités de gaz à effet de serre.

- la surpêche a pour effet d'entrainer la baisse de la biodiversité marine nécessaire à l'absorption du CO2. La surpêche participe à l'accroissement du réchauffement climatique en plus d'abimer les fonds marins.

- une moyenne de 640.000 tonnes de matériel de pêche (principalement plastiques) seraient perdu ou abandonné en mer chaque année.

Parlons peu, parlons COG : peut-on te demander pour quelle raison tu as décidé de commander chez nous ?

Je connais COG depuis vos débuts sur Instagram quand vous postiez les « victoires et bonnes nouvelles » actuelles autour des animaux et de l’environnement. A l'origine, j'ai été intrigué par le lancement de cette nouvelle marque lyonnaise, puis le design des Winton me faisaient de l’œil ;) Mais ce qui m’a par-dessus tout convaincu, c'est que la fabrication de vos modèles soit en phase avec mes valeurs.

Je n’achetais plus de chaussures depuis un moment car je ne souhaitais plus mettre mon argent dans un produit non soucieux du bien-être de l’environnement et des travailleur.euse.s.

Alors une marque, éthique, vegan avec tous ces atouts que je cherchais, et de surcroit originaire de la région Rhône-Alpes ; autant dire qu'avec COG je me suis retrouvé. Merci !

Un grand merci à toi Adam ! Du coup, on se risque à te demander (sous contrôle d'huissier ;)) satisfait de tes sneakers ?

Elles ont su satisfaire mes pieds, conquérir mon cœur et soulager ma conscience, j’en suis très content ! ;)

L'an passé, tu as porté secours à un animal en détresse, peux-tu nous partager son sauvetage ?

C’était vraiment pas grand chose ! Lors d’une randonnée avec une amie on a croisé une vache entrain de ruminer un gant en plastique. On a juste retiré le plastique de son museau, et mis le gant là où il aurait dû être depuis le début : dans une poubelle.

On mesure mal les retombées liées au fait de jeter un déchet d'apparence si ordinaire qu'une bouteille plastique ou un mégot dans la nature. Pourtant les conséquences en sont tragiques, aussi bien pour l'environnement de par la pollution qu'ils émettent, que pour le danger qu'ils représentent pour toutes les vies animales auxquelles ils portent atteintes.

Se sensibiliser à réduire sa consommation de plastiques à usage unique et se soucier de la fin de vie de nos objets est aujourd'hui devenu impératif pour le bien commun. En cela, les poubelles restent largement une bonne option :)

Qui sont tes modèles, tes inspirations ?

Beaucoup de personnes m’inspirent ! Je pense à Martin Skadal en Norvège, à Ed Winter en Angleterre, à Isra Hirshi aux USA, à Greta Thunberg en Suède, à Malcom Ferdinand en France. Et tous les acteur.rice.s du changement non médiatisé.e.s sont aussi des exemples à suivre !

Des pistes ou démarches personnelles à nous partager pour mieux protéger l’environnement au quotidien ?

Je pense qu’il y a autant de moyens d’agir que de personnes sur la planète. Pour moi il est primordial de sans cesse s’éduquer, se documenter et s’interroger sur les problèmes éthiques et environnementaux, mais aussi de se partager et nous transmettre le fruit de nos apprentissages.

Ensuite, les changements se font naturellement je pense, chacun.e selon nos affinités et notre résilience. Réduire sa consommation de produits carnés ou devenir végétarien, vegan, limiter les transports polluants, consommer à l’échelle européenne, voyager local, s'alimenter bio, s'habiller éthique, limiter son utilisation de plastiques à usage unique ; mille voies s'offrent à nous, il suffit d'être curieux et de partir les explorer.

Mon tip : développer son souci et sa proximité à l’environnement, au bien-être des humains et des animaux pour mieux supporter les efforts, puis opérer les changements nécessaires pour améliorer les conditions de tous tout en s'écoutant. Dans la mesure du possible, on a tou.te.s une pierre à mettre à l’édifice, aussi petite qu’elle soit.

Ton souhait éthique pour l'avenir ?

Il y a beaucoup de choses à espérer. Mais mon souhait serait de voir plus de personnes se sentir concernées par des causes éthiques, dans l'espoir de vivre tou.te.s ensemble dans la bienveillance. Des COG aux pieds et la tête haute ;)

Merci beaucoup Adam !

...d'avoir pris le temps de répondre à cette petite interview, et plus encore de consacrer ta motivation et ton énergie à la défense de si justes causes. On souhaite que ton exemple inspire de nombreuses personnes ; tu as déjà au moins conquis le cœur de notre équipe :)

Au plaisir d'un prochain échange, et merci pour tes nombreuses marques de soutien.

Aurais-tu une idée, un conseil ou juste un mot à nous soumettre quant à ce que tu aimerais voir naître, s’améliorer chez COG ?

Mais non COG est la perle rare des marques de chaussures !

Adam,

La jeunesse au service de la planète.

On l'a déjà dit, mais on adore se répéter, chez COG, notre perception d'une mode éthique est indissociable des personnes qui en incarnent les valeurs. Pour ça, nos plus belles inspirations, c'est encore vous !

Et qui de plus inspirant que la jeunesse qui s'active pour donner la note au réveil de la cause écologique ?

Aujourd'hui, c'est Adam, 19 ans, fraichement diplômé du baccalauréat, qui nous partage ses vues, réflexions et initiatives pour défendre un modèle de vie plus écologique et responsable.

Je pense qu’il y a autant de moyens d’agir, que de personnes sur la planète.

Hello Adam, merci de nous accorder un peu de ton temps. 

On a découvert sur ton compte Instagram que la maire de ta commune t'a remis l’an passé, le prix du civisme pour ton implication à défendre la cause écologique. Peux-tu nous en dire plus ?

Oui ! Suite aux nombreux ramassages de déchets et actions de sensibilisation que nous avons organisés, Emilie Richard et moi, représentant.e.s de l’éco’club de la ville de L’Arbresle, la mairie a posé notre candidature pour le Prix du Civisme de L’Association Nationale des Membres de l’Ordre National du Mérite (ANMONM), visant à médailler des mineurs acteur.rice.s d’actions civiques.

Adam, accompagnés de ses ami.e.s, lors de leurs actions éco-citoyennes.

Les chevaliers de l’association qui ne parvenaient pas à se départager entre deux candidatures, ont décidé de créer le prix spécial du Jury qui nous a été remis en Septembre 2020 à la préfecture du Rhône (69).

Félicitation à vous deux pour cette formidable implication ! 

Quel est le ou les évènements t'ayant amené à vouloir agir pour la planète ?

Je pense que c’est le fait d’être devenu vegan il y a trois ans qui m’a peu à peu sensibilisé non seulement à la protection du vivant, mais aussi aux enjeux écologiques. Le véganisme et l’écologie sont deux thématiques étroitement liées, et les déclics se sont faits tout seuls. En m’interrogeant sur mon alimentation, je me suis vite questionné sur la consommation au sens large puis aux actions que je pouvais réaliser pour rendre la mienne plus responsable, et réduire l'impact propre à mes achats.

ENTRACTE : LE LIEN ENTRE VÉGANISME ET ÉCOLOGIE.

L'élevage à l'origine d'un lourd bilan écologique :

- l'implantation des pâturages et la culture des céréales nécessaires pour nourrir les troupeaux nécessitent la déforestation et l'abattage de milliers d'hectares d'arbres.

- la culture des céréales nécessaires à l'alimentation des animaux, leurs rejets gastriques et les transports liés à leur élevage et à leur abattage sont responsables de 18% des émissions de gaz à effet de serre mondiales .

- les épandages et déchets propres aux élevages participent à la pollution et l'appauvrissement des sources d'eaux douces.

La pêche à l'origine de pollutions massives :

- les carburants émis par les chalutiers sont source de grandes quantités de gaz à effet de serre.

- la surpêche a pour effet d'entrainer la baisse de la biodiversité marine nécessaire à l'absorption du CO2. La surpêche participe à l'accroissement du réchauffement climatique en plus d'abimer les fonds marins.

- une moyenne de 640.000 tonnes de matériel de pêche (principalement plastiques) seraient perdu ou abandonné en mer chaque année.

Parlons peu, parlons COG : peut-on te demander pour quelle raison tu as décidé de commander chez nous ?

Je connais COG depuis vos débuts sur Instagram quand vous postiez les « victoires et bonnes nouvelles » actuelles autour des animaux et de l’environnement. A l'origine, j'ai été intrigué par le lancement de cette nouvelle marque lyonnaise, puis le design des Winton me faisaient de l’œil ;) Mais ce qui m’a par-dessus tout convaincu, c'est que la fabrication de vos modèles soit en phase avec mes valeurs.

Je n’achetais plus de chaussures depuis un moment car je ne souhaitais plus mettre mon argent dans un produit non soucieux du bien-être de l’environnement et des travailleur.euse.s.

Alors une marque, éthique, vegan avec tous ces atouts que je cherchais, et de surcroit originaire de la région Rhône-Alpes ; autant dire qu'avec COG je me suis retrouvé. Merci !

Un grand merci à toi Adam ! Du coup, on se risque à te demander (sous contrôle d'huissier ;)) satisfait de tes sneakers ?

Elles ont su satisfaire mes pieds, conquérir mon cœur et soulager ma conscience, j’en suis très content ! ;)

L'an passé, tu as porté secours à un animal en détresse, peux-tu nous partager son sauvetage ?

C’était vraiment pas grand chose ! Lors d’une randonnée avec une amie on a croisé une vache entrain de ruminer un gant en plastique. On a juste retiré le plastique de son museau, et mis le gant là où il aurait dû être depuis le début : dans une poubelle.

On mesure mal les retombées liées au fait de jeter un déchet d'apparence si ordinaire qu'une bouteille plastique ou un mégot dans la nature. Pourtant les conséquences en sont tragiques, aussi bien pour l'environnement de par la pollution qu'ils émettent, que pour le danger qu'ils représentent pour toutes les vies animales auxquelles ils portent atteintes.

Se sensibiliser à réduire sa consommation de plastiques à usage unique et se soucier de la fin de vie de nos objets est aujourd'hui devenu impératif pour le bien commun. En cela, les poubelles restent largement une bonne option :)

Qui sont tes modèles, tes inspirations ?

Beaucoup de personnes m’inspirent ! Je pense à Martin Skadal en Norvège, à Ed Winter en Angleterre, à Isra Hirshi aux USA, à Greta Thunberg en Suède, à Malcom Ferdinand en France. Et tous les acteur.rice.s du changement non médiatisé.e.s sont aussi des exemples à suivre !

Des pistes ou démarches personnelles à nous partager pour mieux protéger l’environnement au quotidien ?

Je pense qu’il y a autant de moyens d’agir que de personnes sur la planète. Pour moi il est primordial de sans cesse s’éduquer, se documenter et s’interroger sur les problèmes éthiques et environnementaux, mais aussi de se partager et nous transmettre le fruit de nos apprentissages.

Ensuite, les changements se font naturellement je pense, chacun.e selon nos affinités et notre résilience. Réduire sa consommation de produits carnés ou devenir végétarien, vegan, limiter les transports polluants, consommer à l’échelle européenne, voyager local, s'alimenter bio, s'habiller éthique, limiter son utilisation de plastiques à usage unique ; mille voies s'offrent à nous, il suffit d'être curieux et de partir les explorer.

Mon tip : développer son souci et sa proximité à l’environnement, au bien-être des humains et des animaux pour mieux supporter les efforts, puis opérer les changements nécessaires pour améliorer les conditions de tous tout en s'écoutant. Dans la mesure du possible, on a tou.te.s une pierre à mettre à l’édifice, aussi petite qu’elle soit.

Ton souhait éthique pour l'avenir ?

Il y a beaucoup de choses à espérer. Mais mon souhait serait de voir plus de personnes se sentir concernées par des causes éthiques, dans l'espoir de vivre tou.te.s ensemble dans la bienveillance. Des COG aux pieds et la tête haute ;)

Merci beaucoup Adam !

...d'avoir pris le temps de répondre à cette petite interview, et plus encore de consacrer ta motivation et ton énergie à la défense de si justes causes. On souhaite que ton exemple inspire de nombreuses personnes ; tu as déjà au moins conquis le cœur de notre équipe :)

Au plaisir d'un prochain échange, et merci pour tes nombreuses marques de soutien.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Newsletter

Curieux de suivre notre actualité ?

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer de l'aventure !

Livraison offerte en point relais

Retours offerts en France Métropolitaine

Paiement rapide et sécurisé

Service clients à votre disposition